On vous rappelle

Laissez-nous votre :




Résumé du conseil municipal de Strasbourg du 21 octobre 2013

Article rédigé par CERA Interactive, le

Hier après-midi s’est tenu le second conseil municipal de la ville de Strasbourg depuis la rentrée.
31 points ont été abordés, enfin même plus si on considère les égarements de certains... Le conseil s’est clôturé en beauté avec l’interpellation de Mme Keller sur les rythmes scolaires.





Les points qui ont principalement retenu l’attention étaient : la création d’une monnaie complémentaire sur Strasbourg (non ce n’est pas une blague) et la création de la SPL qui aura la responsabilité d’aménager le quartier des deux rives. On peut aussi retenir le point concernant la publicité dans la CUS, mais qui a plutôt viré sur le sujet des nouvelles constructions et la conservation du patrimoine.


Une monnaie complémentaire à Strasbourg ?



Non, je vous rassure, il s’agit bien du conseil municipal de la ville de Strasbourg et non d’un canton suisse, malgré la proximité géographique.  C’est un vrai projet qu’ont proposé les élus de Strasbourg : instaurer une monnaie complémentaire. Les bénéfices espérés seraient d’améliorer la solidarité dans la CUS et de renforcer l’économie locale. En effet en mettant en place une nouvelle monnaie la ville s’en verrait renforcée et en même temps cela supprimerait de nombreux frais bancaires. « C’est un vrai outil de transaction qui serait créé », selon Marc Merger. Cependant, ce projet reste complètement irrationnel : je vous laisse imaginer les problèmes de convertibilité avec l’euro, les commerçant qui les acceptent et ceux qui ne l’acceptent pas... Les élus sont sûrement un peu nostalgiques de l’époque des francs, comme le fait comprendre Paul Meyer dans son tweet «A Strasbourg la droite UMP-UDI la plus has been du monde ne comprend rien aux nouvelles économies. ». A n’en  pas douter, il a voulu répondre au pic que lui a lancé Robert Grossmann pendant le conseil : « Vous ne serez pas dans les listes de Ries. ».


L’aménagement des deux rives


C’est le second point qui a retenu l’attention hier : la création de la SPL.


Qu’est-ce que la SPL ?


Une SPL c’est une société privée mais totalement détenue par des capitaux publics. Elle permet aux collectivités actionnaires de confier à cet opérateur, sans mise en concurrence, la réalisation d’opérations d’aménagement ou de construction, l’exploitation de services publics à caractère industriel ou commercial, ou toute autre activité d’intérêt général.
Le projet est donc de créer une SPL afin d’aménager le quartier des deux rives.


Mais où est le problème ?


Le problème, c’est que tous les élus ne voient pas l’aménagement des deux rives comme essentiel, contrairement à la ligne de tramway entre la capitale européenne et Kehl, par exemple. 
C’est ce que soutient l’ancienne maire de Strasbourg, Fabienne Keller, qui préférerait donner la priorité à l’aménagement de Koenigshoffen. Elle s’oppose donc à la création de la SPL. Cependant, c’est un peu contradictoire avec son vote favorable pour la création des SPL à l’échelle nationale en 2010, comme le signale Alain Fontanel.
Pour calmer le jeu, Roland Ries essaye de reprendre les choses en mains, en disant que l’aménagement du quartier des Deux Rives et de Koenigshoffen se ferait en parallèle et que la création d’une SPL serait un boom économique à travers la création d’emplois. Certaines mauvaises langues diront: « pour rattraper les 200 emplois perdus du Lidl? » voir: article DNA


Le pseudo débat sur la publicité



Le sujet devait initialement porter sur les panneaux publicitaires que l’on peut apercevoir dans toute la CUS, mais il s’est finalement tourné vers le patrimoine strasbourgeois.
Des élus disent que le paysage de la ville est défiguré et qu’on est assailli par un couloir de publicités lorsqu’ on entre dans la ville de Strasbourg.
Au-delà, l’objectif est de conserver la richesse strasbourgeoise, avec notamment le quartier de l’Ill qui fait partie du patrimoine de l’Unesco. Strasbourg, c’est quand même 4 millions de visiteurs par an !
La création de gros buildings est contradictoire avec le conservatisme des paysages de la ville.
La mise en place de nouveaux espaces verts est aussi dans la balance, mais on peut craindre le pire quand on voit l’état actuel de la place de l’étoile et son entassement d’arbres.


Conclusion :


La fin du conseil municipal s’anime avec l’interpellation de madame Keller sur les rythmes scolaires, mais globalement l’effet s’est essoufflé, en raison, notamment, du départ anticipé du maire de Strasbourg avant la fin du conseil.


Ce que l’on peut retenir de ce conseil, c’est surtout les tensions qu’il y a dans la municipalité de Strasbourg, ce qui est surement due à l’arrivée des prochaines élections municipales en 2014.


Article rédigé par Radja TENDAYOUDABANY

Résumé du conseil municipal de Strasbourg  du 21 octobre 2013

Réagir ?

Envoyez-nous vos réactions et commentaires via notre page Contact !


Dernières actualités...

Référencement : l’influence des réseaux sociauxJouer à Pokemon Go : c'est possible en France !STRASBOURG : Les endroits où se rendre pour la fête de la musique (2016) ECONOMIE - Un souffle de crise dans les CHR

En direct



Avis aux webmasters

rose d'or

Vous pouvez recopier cet article sur votre site en indiquant que la source vient de CERA Interactive, par exemple en faisant un lien de la manière suivante :

<p> Article <a href="http://www.cera-interactive.fr"> CERA Interactive </a> : <a href="http://www.cera-interactive.fr/cera-strasbourg/actu-du-web.php?actu=131022-conseil-municipal"> Résumé du conseil municipal de Strasbourg du 21 octobre 2013 </a> </p>


⇐ Retour aux actualités CERA Interactive
illustration de l'article CERA

Résumé du conseil municipal de Strasbourg du 21 octobre 2013

Des questions à ce sujet ?

Contactez-nous ! rose d'or

Vous aimez cette page ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !






Copyright© 2010-2016 CERA Interactive - Tous droits réservés.