On vous rappelle

Laissez-nous votre :




Cartographie des risques du dirigeant

Article rédigé par CERA Interactive, le

Hier soir, dans les locaux de Roederer à Strasbourg était organisée une conférence sur les risques des chefs d’entreprise : comment les identifier, les « cartographier » et surtout, comment les éviter...





Ce mardi 10 décembre, CERA Interactive était invitée en tant que membre Rhénatic à une conférence privée sur les risques des dirigeants d’entreprise. Pour assurer le discours, Roederer a fait appel à Monsieur Guy Spehner, consultant aguerri par trente ans de métier, prestataire de services d’assistance, d’études, d’analyse, de conseil et de formation des juristes et spécialiste de la gestion de tous les risques liés à l’activité de l’entreprise. Monsieur Geoffroy Roederer (himself !) était présent avec sa collaboratrice, pour représenter le groupement Alearisque : pôle rhénan de la Gestion de Risque et de l’Assurance. Avec un tel accompagnement, nous étions assurés de ne courir aucun risque !


Appréhender les risques pour une entreprise ?

L’analyse du risque, notion un peu floue et surtout très vaste de prime abord, peut s’effectuer en 5 étapes :

  1. Identification par une « cartographie »
  2. Quantification en fréquence et en gravité
  3. Rétention
  4. Traitement : prévention, protection
  5. Transfert vers assurance, ou bien… ne pas prendre le risque !

Cartographier les risques

La première étape consiste à lister les risques possibles inhérents à l’activité de l’entreprise. Une bonne cartographie nécessite un peu de lucidité ; pas de paranoïa extrême, mais du réalisme.

Il y a tout d’abord, les risques d’entreprise, c’est-à-dire des risques stratégiques : nouveau produit, se lancer vers l’export... ces risques inévitables font partie de la vie de l’entreprise et peuvent générer un gain ou une perte. A contrario, existent aussi les risques intérieurs ou extérieurs qui ont un caractère accidentel, imprévu, et provoquent une pure perte.


Cartographie des risques du dirigeant

Selon ce schéma, nous voyons bien qu’une entreprise n’est à l’abri de rien ! En effet, ces risques inopinés peuvent provenir de différents facteurs extérieurs : l’Etat, la nature, les médias, les clients, les fournisseurs ou d’autres tiers, mais aussi de l’intérieur, et notamment en ce qui concerne le patrimoine matériel et immatériel, l’informatique, ou les Ressources humaines.

Une information pour les PME : les RH restent sous la responsabilité du dirigeant quelque soit la taille de l'entreprise. Concernant les institutions représentatives du personnel, il existe des seuils : à partir d'un effectif supérieur à 10 salariés, l'entreprise doit organiser l'élection d'un délégué du personnel et pour un effectif supérieur à 50, d'un comité d'entreprise.

Pour lister ces risques, le meilleur outil reste l’expérience : se baser sur les erreurs passées pour éviter de les reproduire, mais également sur le futur en anticipant ce qui peut être prévisible.

Nous l’avons vu, le parcours de l’entreprise est cerné par les risques. Ce n’est pas facile de se prémunir de ces risques, surtout pour une petite entreprise.
Est-ce que je suis bien couvert pour tel ou tel cas ? Que se passe-t-il si telle mésaventure se produit ?


Risque acceptable ou inacceptable

Il existe une sorte de ligne de flottaison qui distingue deux sortes de risques : les risques moindres que l’on peut se permettre de prendre, et les autres risques à caractère plus dangereux qui peuvent mettre en péril la société.

Une fois que l’on a déterminé quels sont les risques dont il faut se méfier, il faut s’atteler à les limiter : les limiter en impact et en fréquence.


Limiter les risques

Pour se prémunir contre les risques, il est important d’impliquer tout le personnel, et pas uniquement le personnel directement impliqué. La note de service informelle n’est souvent pas suffisante : le dirigeant doit vraiment prendre le temps d’expliquer sa vision, et en quoi il est important de mettre en place tel processus ou telle règle. Un bon moyen est de passer par la formation, comme par exemple : la formation anti incendie. Hé oui, c’est bien beau d’avoir un extincteur, mais est-ce que le personnel sait s’en servir ? La démarche du gérant de société dans sa lutte contre les risques doit être assumée par l’équipe dirigeante mais aussi par l’ensemble des intervenants et partenaires de l’entreprise.


Se faire accompagner

Certes, se couvrir contre tout type de risque n’est pas évident. Certaines grandes entreprises missionnent sur place un responsable du risque engineering, mais les risques ne concernent pas que lequel grosses sociétés !

Parfois, il n’est pas inutile de prévoir un budget formation pour la protection (formation risque incendie, prévention du risque informatique...) ça peut être un bon investissement et rentable sur le long terme. Il existe également des prestations de prévention des risques, comme la thermographie qui consiste en une analyse des locaux pour prévenir le risque incendie électrique. Les quatre causes principales d’incendie pour les PME sont : l’accident électrique, une mauvaise soudure, une cigarette mal éteinte ou la malveillance.

Nous parlons de risques physiques mais il existe aussi et surtout les risques juridiques ! Couvertures du risque client, cautions bancaires, garanties et couvertures en cas de litige... tout doit être pris en compte pour être assurer d’effectuer de bonnes affaires en toute sérénité !


Transfert de risque vers l’assureur

Certaines assurances sont obligatoires, comme l’assurance incendie avec dédommagement pour couvrir dégâts des eaux, la foudre, l’incident électrique... et certaines assurances sont optionnelles et complémentaires, comme par exemple une police contre la perte d’exploitation après sinistre : l’assureur va intervenir pour financer la perte de marge brute jusqu'à ce que l’entreprise retrouve son niveau initial et se remette d’aplomb. Attention toutefois à ne pas cumuler trop de garanties qui se couvent l’une-l ’autre ! En effet, se couvrir contre toutes sortes de risques, c’est utile, mais ne tombez pas dans la « collectionnite » de contrats d’assurance !

Si demain tout brûle... je fais quoi ? Quelles sont les conditions pour rebondir ? Comment racheter le matériel, etc...

Un conseil : vérifiez vos contrats d’assurance, êtes-vous couvert contre le bris de machine ? Votre responsabilité civile couvre-t-elle toutes vos activités ? Qu’en est-il du cyber risque : détournement d'information par un ancien salarié malveillant, etc.


Les litiges et les risques font partie intégrante de la vie d’une entreprise. Le but, c’est d’être couvert et de limiter les accidents pouvant mettre en péril la société pour pouvoir faire face à l’imprévu et rebondir sereinement en cas de pépin. Ne sombrez pas dans la paranoïa, protégez-vous avec discernement !


Sources


Article rédigé par Emilie C.

Cartographie des risques du dirigeant

Réagir ?

Envoyez-nous vos réactions et commentaires via notre page Contact !


Dernières actualités...

Référencement : l’influence des réseaux sociauxJouer à Pokemon Go : c'est possible en France !STRASBOURG : Les endroits où se rendre pour la fête de la musique (2016) ECONOMIE - Un souffle de crise dans les CHR

En direct



Avis aux webmasters

rose d'or

Vous pouvez recopier cet article sur votre site en indiquant que la source vient de CERA Interactive, par exemple en faisant un lien de la manière suivante :

<p> Article <a href="http://www.cera-interactive.fr"> CERA Interactive </a> : <a href="http://www.cera-interactive.fr/cera-strasbourg/actu-du-web.php?actu=131211-risques-dirigeant"> Cartographie des risques du dirigeant </a> </p>


⇐ Retour aux actualités CERA Interactive
illustration de l'article CERA

Cartographie des risques du dirigeant

Des questions à ce sujet ?

Contactez-nous ! rose d'or

Vous aimez cette page ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !






Copyright© 2010-2016 CERA Interactive - Tous droits réservés.