On vous rappelle

Laissez-nous votre :




Le Web durant les élections : Comment s'y prendre pour influencer le vote des électeurs.

Article rédigé par CERA Interactive, le

Le premier tour a eu lieu ce dimanche 23, et pour beaucoup de gens, il annonce le vainqueur. Mais non, tout n’est pas joué ! Les candidats peuvent espérer faire évoluer les choses avec une bonne utilisation de leur site internet de campagne.




Article vu 813 fois.




En effet, vous savez sûrement que lors des élections, les candidats sont soumis au code électoral, qui leur impose de nombreuses règles quant à leur campagne, et surtout : leur interdit beaucoup de pratiques.

Cependant, si on prend le temps de lire l’ensemble de ces limitations et du cadre général, on peut voir que les candidats peuvent utiliser internet à leur avantage s’ils savent comment s’y prendre.


Le rôle d’internet dans les campagnes électorales :

Certains pensent qu’internet ne joue aucun rôle déterminant dans les élections, mais il ne faut pas sous-estimer l’influence notable et grandissante de la toile sur les votes des électeurs.
Aujourd’hui, Internet étant le plus grand vecteur d’informations mondiales, les internautes n’hésitent plus à y chercher les programmes et points de vue des candidats.
C’est pourquoi, la quasi-totalité d’entre eux ont un site internet, blog ou profil sur plusieurs réseaux sociaux pour leurs campagnes électorales online.

En effet, avec des électeurs qui adoptent de plus en plus la toile dans leur quotidien, il est impensable que la politique ne suive pas. Il n’est pas question d’abandonner les anciennes méthodes, mais véritablement d’étendre celles-ci au monde numérique.

La campagne online permet de s’adresser à un public plus large :

  • Les journalistes et les médias :
    ils peuvent être interpellés de façon beaucoup plus marquante, et les dernières élections ont démontré l’usage important de tweets de leur part.
  • Les troupes : elles sont plus fortement mobilisées. Les candidats de la liste ainsi que ses fervents défenseurs n’ont plus besoin de se retrouver dans un QG matériel pour discuter de la stratégie de la campagne. Aujourd’hui, cela se fait depuis la plateforme du site internet du candidat.
  • la population des internautes : tous les utilisateurs de la toile sont ainsi visés, et ils peuvent beaucoup plus facilement transmettre les informations via leur propre compte sur les réseaux sociaux.

Les électeurs peuvent, tout en restant chez eux, poser des questions et se renseigner sur les différents candidats, suivre les différents programmes dans un même temps, ce qui était impossible avant l’utilisation de cette plateforme pour des fins politiques.

Une campagne online permet aussi de partager des opinions entre électeurs, et c’est un avantage non négligeable ! Les internautes se sentent plus vite concernés, et ils ont rapidement le sentiment de pouvoir participer activement à la campagne.

Mais ces campagnes sur le net sont réglementées par un code et il limite les candidats dans les méthodes utilisées.


Le cadre légal défini par le code électoral :

Ce code nous présente deux articles très importants pour comprendre l’idée fondamentale de la communication internet des candidats en période électorale.

L’article L52-1 considère que « Pendant les trois mois précédant le premier jour du mois d’une élection et jusqu’à la date du tour de scrutin où celle-ci est acquise, l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse ou par tout moyen de communication audiovisuelle est interdite. »

On comprend alors que le candidat est limité quant à ses moyens de communication, et tout de suite l’article suivant vient préciser la situation de la communication internet.

Ainsi « Le référencement commercial (référencement payant et non naturel) d’un site à finalité électorale sur un moteur de recherche sur internet revêt le caractère d’un procédé de publicité commerciale, interdit par l’article L. 52-1 du code électoral. »

Le Conseil d’Etat va même jusqu’à annuler une élection de 2009 car le candidat avait un site internet de campagne avec des achats de liens sponsorisés sur Google alors que c’est interdit par les articles ci-dessus du code électoral.

Tous les candidats sont alertés de la sévérité de la loi : avoir un site internet pour sa campagne électorale est une chose, ne pas en abuser et rester dans le cadre légal en est une autre.


les principales questions qu’on se pose sur la communication sur internet du candidat en période électorale :


Ce qu’il faut savoir :

Les candidats peuvent utiliser tous les outils internet pour mener à bien leurs campagnes électorales, à condition qu’ils respectent les principes applicables aux moyens de communication traditionnels.
Les restrictions quant aux publicités commerciales six mois avant le scrutin s’appliquent aussi pour les campagnes online.

Le site de campagne d’un candidat ne doit faire l’objet d’une déclaration auprès de la CNIL que si ce site permet la collecte ou la diffusion de données personnelles. ( loi de 1978 )

Les mentions sur le site du candidat sont relativement identiques à celle obligatoires sur tout site internet :


  • l’éditeur du site doit être mentionné
  • le directeur de publication doit être identifié, et il doit y être indiqué son adresse et le moyen de le contacter, car c’est lui qui sera responsable en cas d’infraction sur ce site.
  • les coordonnées de l’hébergeur du site doivent être visibles.

Concernant le nom de domaine, un décret de février 2007 sur la gestion des noms de domaine interdit l’utilisation des noms de collectivités territoriales ou d’EPCI.

Les messages publiés sur le site, blog ou réseau social du candidat doivent être modérés, cela pour éviter que des propos injurieux diffamatoires ou incitant à la haine sociale y soient publiés.
Le but est donc d’inciter le candidat à une modération systématique des messages diffusés.

Il a été estimé que la création d’un site internet de campagne n’était pas un procédé de publicité commerciale dans la mesure où le contenu du site n’était accessible qu’aux électeurs se connectant volontairement. Ce sont donc uniquement les techniques de référencement Adwords qui sont interdites.

On peut donc remarquer que certaines pratiques sont admises alors que d’autres peuvent conduire à l’annulation de l’élection, on va alors s’intéresser à ce qui est permis, et ce qui ne l’est pas.


Les pratiques qui ne sont pas admises :

Le Search Engine Marketing correspond à l’ensemble des actions consistant à positionner le site de campagne inévitablement en tête des résultats des moteurs de recherche.


    On y retrouve :
  • Le lien sponsorisé, c’est à dire achat de mot clé sur les moteur de recherche
  • Le Netlinking payant, c’est à dire l’indexation payante sur des annuaires, magasines online ou portails bénéficiants de forte notoriété.

Le candidat ne peut donc pas pendant une campagne électorale utiliser des techniques payantes pour influer sur le positionnement de son site web !


Ce qui est permis :

Le Search Engine Optimization, lui est l’ensemble des actions consistants à optimiser le site de campagne afin d’améliorer son référencement naturel et est lui permis par le code électoral.


    On y retrouve :
  • L’optimisation des code HTML autour des mots clefs pertinents dans les pages.
  • L’indexation manuelle du site sur les outils de recherches le plus consultés par les internautes.

On a pu se poser la question quant au Link building, qui est la politique d’échange de liens entre web-masters. Il n’a jamais été jugé que cette pratique soit interdite malgré son utilisation massive, on considère donc que les candidats peuvent en bénéficier.

En effet, il ne s’agit pas d’une pratique commerciale donc cela ne rentre pas dans l’interdiction du code.

Cela permet une amélioration du positionnement dans les moteurs et une augmentation de la popularité et de la fréquentation des visiteurs de site à site sans avoir recours à des pratiques commerciales.
Le candidat peut donc créer un réseau de site « amis ».


En résumé pour réussir une bonne campagne électorale online :

Il faut que les candidats soient aujourd’hui présents sur la toile, qu’ils possèdent un site de campagne, ainsi que des comptes sur les réseaux sociaux, afin de surveiller et gérer leur e-réputation, de mieux communiquer avec les médias, et de faire suivre leur campagne aux internautes.

Tout d’abord, cette présence sur internet permettra d’améliorer sa notoriété, puis de trouver des militants qui passeront le message pour mobiliser l’entourage. Pour finir, cela va permettre de façon beaucoup plus simple de prévoir des actions pour la campagne, et d’augmenter le succès de ces opérations.

Cependant, pour réussir cette campagne avec succès, il vaut mieux faire appel à un organisme spécialisé en la question.

Lorsque vous créez un site web, il faut créer du contenu, régulièrement, cela pour permettre la promotion de ce site. Dès qu’une nouveauté est apportée, il ne faut pas hésiter à utiliser les réseaux sociaux pour faire connaître votre site. Vous pouvez à cette étape analyser la performance de votre campagne online, et ainsi gérer et améliorer cette dernière. Un bon site va susciter des réactions, positives ou négatives, dont il faudra en tenir compte pour améliorer la performance de votre site. En effet, il est possible d’analyser les visites, leurs nombres, les fréquences. Il faut absolument utiliser ces informations pour une campagne online efficace.


Et lorsqu’il ne s’agit pas de politique :

Vous êtes tous concernés, même si vous n’êtes pas candidats aux prochaines élections locales, ces conseils sont aussi faits pour vous. Il ne faut pas oublier qu’un site mal référencé, sans visibilité sur la toile, équivaut à ne pas avoir de site du tout.
CERA Interactive est là pour donner à votre site la première place sur la page Google et ainsi la meilleure visibilité possible.
Et si vous n’avez pas encore de site, c’est le moment de se lancer pour conquérir de nouveaux clients, se faire connaître de la toile et des internautes.



Article rédigé par Charlène-Heïdi V.

Le Web durant les élections : Comment s'y prendre pour influencer le vote des électeurs.

Réagir ?

Envoyez-nous vos réactions et commentaires via notre page Contact !


Dernières actualités...

Référencement : l’influence des réseaux sociauxJouer à Pokemon Go : c'est possible en France !STRASBOURG : Les endroits où se rendre pour la fête de la musique (2016) ECONOMIE - Un souffle de crise dans les CHR

En direct



Avis aux webmasters

rose d'or

Vous pouvez recopier cet article sur votre site en indiquant que la source vient de CERA Interactive, par exemple en faisant un lien de la manière suivante :

<p> Article <a href="http://www.cera-interactive.fr"> CERA Interactive </a> : <a href="http://www.cera-interactive.fr/cera-strasbourg/actu-du-web.php?actu=140324-web-influence-elections"> Le Web durant les élections : Comment s'y prendre pour influencer le vote des électeurs. </a> </p>


⇐ Retour aux actualités CERA Interactive
illustration de l'article CERA

Le Web durant les élections : Comment s'y prendre pour influencer le vote des électeurs.

Des questions à ce sujet ?

Contactez-nous ! rose d'or

Vous aimez cette page ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !






Copyright© 2010-2016 CERA Interactive - Tous droits réservés.