Les 10 clés pour avoir toujours raison

Article rédigé par CERA Interactive, le

Il existe un ouvrage destiné à ceux qui veulent maîtriser toutes les arcanes de la rhétorique : « l’art d’avoir toujours raison » de Schopenhauer. En revanche, en ce qui concerne Internet, cela complexifie un peu la donne. Avoir raison ou avoir tort sur un site internet diffère en raison de la dimension sociale et quasiment universelle de l’information. Si vous dites que le soleil est bleu, preuves à l’appui, mais que Facebook et ses milliards de fans disent qu’il est vert : qui a raison ?




Article vu 1426 fois.




On en vient à parler de faits contestés par la foule, ce qui rejoint à parler de réputation ou e-réputation, qui de basent sur les même mécanismes. Les idées et la réputation sur internet auront un facteur temps un peu différent de « la vraie vie » en termes de diffusion et une échelle potentiellement plus grande.

Les opinions sur la toile peuvent partir en esclandre à partir d’un simple mot ou à l’inverse avoir l'effet « pétard mouillé » alors que l’idée de base est géniale... le tout est de savoir comment doser la communication afin de devenir acteur de cette opinion et non plus victime. Le fait d’avoir raison se construit par différents facteurs mais peut aussi se construire.

Quels sont donc les mécanismes ?

Partout, tout le temps, il existe les commérages les bla bla les rumeurs... les individus, regroupés en communautés sur internet, dans un quartier, dans un immeuble, ne peuvent s'empêcher de parler.

Là où le bât blesse pour un commerce, c’est quand la propagation du message devient incontrôlable (et c’est souvent le cas), déformé voire complètement faux. Mais plus c'est gros, choquant, dégoûtant, plus les personnes vont se faire un plaisir de le raconter.

Vrai ou pas ? Ils ne se posent même plus la question.

Pourquoi ce manque d’intérêt pour la vérité ? Rien de plus simple : l’Homme est fainéant. Rien de telle qu’une phrase toute cuite prête à avaler pour peu que ça ait l’air crédible si elle est étayée par quelques exemples, même s’ils sont faux eux aussi. La recherche de la vérité demande un effort, et donc cette recherche ne va pas loin si l’enjeu n’en vaut pas la chandelle. Pourquoi demander les faits aux personnes concernées si Google me donne des réponses en un clic ? Pourquoi chercher le fin mot de l’histoire si tous les articles de presse disent la même chose ?

(aparté) il faut savoir qu’en termes de presse, les journalistes recopient souvent d’un article sur l’autre et se basent tous sur une seule et même dépêche AFP. L’investigation pour un article plus fouillé demande du temps et de l’argent. Faire un article à contre-courant des autres médias est aussi mal vu.

Les techniques par l’exemple

Les exemples suivants sont des techniques de contrôle des idées et des opinions.

Le symbole représente une influence favorable, le symbole représente un levier négatif. Ces exemples sont des illustrations fictives basées sur des situations qui se sont réellement produites.


Exemple 1 : charisme, instinct grégaire ou théorie de l’échelle

Le cheveu dans la soupe de Mademoiselle Anne-Marie n'est vraiment pas passé. Ce soir-là elle est de très mauvais poil et laisse un Avis sur internet : « Ce restaurant est un vrai bauge ! » Comme Mademoiselle Anne a 814 "amis" sur Facebook, 814 personnes relayent l'information. Mademoiselle Anne-Marie a sûrement raison car elle fait des bisous sur ses photos de profil. Il faut la croire.

Cet exemple illustre le phénomène de masse liée au principe de base qu’est l’instinct grégaire. On suivra une personne simplement parce que beaucoup la suivent. Cet instinct de survie permet à un troupeau de moutons de se sentir plus fort face à une potentielle menace, mais provoque ces effets dévastateurs que l’on connait : lorsqu’un mouton saute de la falaise, le reste du troupeau tombe aussi. Sans avoir nécessairement une personnalité « leader », certaines personnes sont suivies naturellement par un « troupeau » , parce que le troupeau se reconnait dans cette personne moyenne, lisse et accessible, ou pour d’autres raisons comme celles évoquées dans la théorie de l’échelle, merveilleux texte qui explique bon nombre de clichés sur la relation Homme-Femme.


Exemple 2 : le faux expert

Avec les émissions de télévision et les guides disponibles sur internet, Monsieur Fureur peut se documenter plus rapidement qu'il y a quelques années. Monsieur Fureur se sent expert dans un domaine et se met à critiquer des professionnels qui ont des années de métier. Monsieur Fureur n'a aucune légitimité mais comme il parle fort et qu'il a un air bonhomme, il doit avoir raison.

L'effet pervers par rapport à l’information est qu’elle devient disponible via internet. Savez-vous combien de personnes vérifient la fiabilité de la source d’une information avant de l’utiliser ? Proche de zéro. Ainsi, bon nombre de livres et d’articles sont publiés chaque jour avec des informations erronées ou datées. Quand c’est imprimé... c’est trop tard ! A la télévision, dans une émission culinaire connue, on peut remarquer de graves manquements aux règles élémentaires d’hygiène. Les professionnels de la santé et de la restauration s’arrachent les cheveux tandis que... « Show Must Go On » !


Exemple 3 : la légende en répétition

Mademoiselle Emilie Courts est la meilleure présidente que l'union des professionnels de Bischheim n’ait jamais eue. A peine trente ans, Émilie Courts est une businesswoman qui a repris bénévolement les rennes de l’association en perdition. C'est grâce à Emilie Courts si l’union des professionnels existe aujourd’hui.

La construction d’une légende se fait par la répétition d’un seul fait. Lorsque vous visitez les caves des champagnes Mercier, on vous servira trois voire quatre fois la même histoire avec quasiment les mêmes mots !


Exemple 4 : le gourou

Le roi de la pop, le génie du e-commerce, l’homme au poil, il est fou...

La « puissance » d’une entreprise ou d’une affaire peut s’ériger sur l’Homme, le Président, le Fondateur, qui est hissé au rang de leader visionnaire. Cette construction de personnage passe nécessairement par un individu charismatique, un peu énigmatique mais pas trop, un peu inaccessible mais pas trop, mais toujours manipulateur. Cet individu devient un produit, un slogan, une ritournelle, une marque à lui seul. Généralement, c’est une personne dans l’ombre, voire toute une équipe de communicants qui s’occupent des réglages et des interventions média. Attention si vous deviez assumer ce rôle de leader : soyez proche de vos amis et encore plus proche de vos ennemis car certains suiveurs « de confiance » n’ont qu’une idée en tête : renverser le roi !


Exemple 5 : le vrai faux ou le téléphone arabe

Emilie Courts a suivi pendant six mois des cours en Japonais ; elle a appris à comprendre la culture gastronomique japonaise et sait comment bien préparer les sushis. Ah, donc elle était six mois au Japon et elle a parlé Japonais avec un maître sushi !

La fausse vérité ou la vérité fausse sème le doute en raison de la construction de la phrase, qui est floue et facilement retournable. La formation était-elle au Japon ? donnée en japonais ? Pendant six mois ? A temps plein ? Les élucubrations peuvent aller vite en ce sens car le Français, si riche en synonymes soit-il, regorge également de double-sens... à utiliser précautionneusement ! On en vient parfois à utiliser Vikalpa, mot sanscrit qui désigne la signification indirecte des mots, les non-dits et les déductions. Jeu dangereux qui dérive vite vers le mensonge par omission.


Exemple 6 : la généralité, le raccourci ou le syllogisme

Monsieur Jules Durer ne répond pas à mes demandes de devis pour les fleurissement de locaux professionnels. Il ne respecte jamais ses engagements.
Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat.

Directement lié à notre exemple précédent, cette construction de phrase aboutit à une conclusion complètement fausse pourtant basée sur des vérités incontestables. Dans l’ « Art d’avoir toujours raison » de Schopenhauer, il est écrit comment, dans un discours, bien maîtriser cette technique et surtout, la contrer.


Exemple 7 : l’adhésion, l’émotion, l’appel au parcours personnel de l’autre

Depuis son lit d'hôpital, alors qu'elle a subi une intervention sous anesthésie générale pour une péritonite, Emilie Courts a continué à traiter ses mails professionnels et bénévoles pendant près d’un mois.
Ah oui, mon oncle s’est aussi fait opérer d’une péritonite ; dis-donc, quel courage !

Le fait de donner une information, si riche soit-elle, peut tomber dans le fameux effet « pétard mouillé » si elle ne suscite pas d’émotion. C’est un appel au ressenti ou à la mémoire de l’interlocuteur qui est opéré, afin qu’il puisse comparer l’information à une situation bien connue de lui, et qu’il puisse mesurer effectivement l’importance de ce qui lui est communiqué.


Exemple 8 : le premier sur tous les tableaux

Emilie Courts a travaillé jusqu'au jour de son accouchement. L'après-midi de de son retour de l'hôpital elle était en train de faire des cartes de visites urgentes pour un client tout n'en donnant le biberon au nouveau-né ! Emilie Courts a transformé un appartement entier en bureaux en enlevant des placards, en faisant elle-même la tapisserie et le réseau informatique.
Wow, quelle business woman !
Emilie Courts a offert bénévolement un site d'une valeur de 5000 euros à une association de professionnels à Bischheim ; Emilie Courts a allaité son enfant pendant 1 an matin midi et soirs, malgré son travail qui l'occupe de 8h à 23h 7 jours sur 7. Emilie Courts a écrit un livre professionnel et il s'en vend au moins 3 chaque jour... (etc)

Gare à l'overdose. Inonder le monde et le noyer d'informations mettant en avant une personne ou une entreprise a un effet positif sur vos opinions si c’est mesuré, et aura d’autant plus de poids si ce n’est pas vous-même qui parlez de vous ! En effet, crier que vous êtes le meilleur c’est pas mal, mais encore faut-il que d’autres le disent pour vous. Gare à l'indigestion qui fera passer votre comunity manager pour un névrosé imbu de sa personne : Phénomène de rejet immédiat.


Exemple 9 : la tambouille (flip, flop, je t'embrouille)

Emilie Courts réussit tout ce qu’elle entreprend : elle a deux bac +2 et un bac + 3 qu'elle a passé en même temps la même année ! Vous saviez qu’ Émilie Courts a été sélectionnée lors d'un concours de mannequins ?


On a un problème avec les enveloppes que tu as faites. Tu sais, y’en a beaucoup qui veulent quitter le groupe à cause de toi.

La meilleure façon de susciter l’adhésion ou d’emmener un interlocuteur là où vous voulez est de mélanger toutes les informations dans une savante tambouille qui noie des informations (vraies ou fausses) qui n’ont strictement rien à voir avec le sujet de la discussion. Cela permet de perdre le fil pour ramener le sujet à ce que vous avez envie de dire.


Exemple 10 : la bonne température

Madame Steibler ne donne jamais de compte rendu en temps et en heure. Quand elle remet le compte-rendu, il manque la moitié des informations !

Réagir « tiède » permet d’avoir le bon timing pour effacer les informations les moins importantes (ou les mettre sous le tapis) et obtenir un peu de recul pour une réaction efficace. Savoir se faire oublier, quand c’est opportun, peut s’avérer salvateur. Quand c’est encore tiède, c’est comme une bonne pâte encore malléable : on peut arranger les choses avant qu’elles ne soient figées et ce, sans se brûler. Quand c’est froid, ça s’appelle la vengeance, ça se fait discrètement et c’est sournois !


Comme vous l'avez compris, propager des idées (bonnes ou mauvaises) est un travail de longue haleine qui se construit. Comme un classement dans Google, c’est fluctuant et un petit relâchement peut mettre à mal de nombreuses semaines de construction (ex : Panama papers ?)

Si l’on devait retenir les principales clés, il s’agirait de :

  • Faire parler de... Ne pas parler soi-même (quoique)
  • Faire taire les rumeurs avec démentis au bon moment
  • Crier plus fort que l’autre, et s’y mettre à plusieurs (méthode babouin)
  • Construire une légende en répétant et en enjolivant
  • Dire du vrai mêlé à beaucoup de faux supposé ou pas prouvable
  • Faire des raccourcis scabreux, semer le doute

La rhétorique est une discipline, un art, que même les bons politiciens sont obligés de maîtriser, et ce n'est pas toujours facile. Influer l'opinion d'une personne, d'un groupe, de tout Internet se révèle un exercice fastidieux qui repose sur des mécanismes friables car tout simplement... humains. Influencer autrui de manière sûre et efficace n'a pas de recette, ou bien cela s'appelle de la sorcellerie (et ça c'est une autre histoire !)

La nature a horreur du vide. Si vous êtes trop discret, votre vie sur le web sera plate comme un électrocardiogramme. N’oubliez pas que les gens ou les entreprises sont connus si on parle d’eux. Cessez de parler et ils tombent dans l'oubli : à vous de combler le vide avec les informations que vous choisissez.

Là où cela devient compliqué c'est qu'il faut quatre fois plus d'efforts pour propager du positif que du négatif !!



Article rédigé par Emilie C.

Les 10 clés pour avoir toujours raison

Réagir ?

Envoyez-nous vos réactions et commentaires via notre page Contact !


Dernières actualités...

Référencement : l’influence des réseaux sociauxJouer à Pokemon Go : c'est possible en France !STRASBOURG : Les endroits où se rendre pour la fête de la musique (2016) ECONOMIE - Un souffle de crise dans les CHR

En direct



Avis aux webmasters

rose d'or

Vous pouvez recopier cet article sur votre site en indiquant que la source vient de CERA Interactive, par exemple en faisant un lien de la manière suivante :

<p> Article <a href="http://www.cera-interactive.fr"> CERA Interactive </a> : <a href="http://www.cera-interactive.fr/cera-strasbourg/actu-web_160427-toujours-raison"> Les 10 clés pour avoir toujours raison </a> </p>


⇐ Retour aux actualités CERA Interactive
illustration de l'article CERA

Les 10 clés pour avoir toujours raison

Des questions à ce sujet ?

Contactez-nous ! rose d'or

Vous aimez cette page ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !




Copyright© 2010-2018 CERA Interactive - Tous droits réservés.