On vous rappelle

Laissez-nous votre :




bordure

Olivier Andrieu : Quel référencement ?

Cette conférence DevCom sous forme de table ronde était présentée par Marc-Lionel GATTO, directeur général de MLG Consulting et consistait en un débat entre cinq invités de marque : Olivier ANDRIEU, consultant SEO indépendant (en français, optimisation pour les moteurs de recherche) dans le domaine de l’Internet, créateur de la société Abondance et de son site web ; Luc JOVART, PDG d’UCATCHIT, spécialiste du référencement éthique ; René ECKHARDT, président de la société Le Cercle des Dircom du Grand Est ; Alfred CORCHIA, directeur général des agences Maetva ; et Frédéric BOURGUET, avocat et créateur du cabinet BOURGUET-Avocats.

Le débat a été ponctué de questions posées par Marc-Lionel GATTO suivis des réponses données par les cinq intervenants sur les thèmes du référencement, du e-trafic et du e-commerce.


Pour commencer, les cinq invités ont parlé de manière générale de la création d’un site ainsi que de son contenu. M. JOVART a observé deux grandes tendances. L’une d’entre elles étant la curation de contenu, l’autre la personnalisation.

En effet, les internautes de nos jours préfèrent avoir la possibilité de tout faire faire sur mesure. Pour M. CORCHIA le contenu ainsi que l’expérience et l’engagement vis-à-vis des internautes sont primordiaux. Ils se définissent par un partage, un "J’aime" ou encore un bon de commande à la suite d’une visite.



DevCom sur la planète e-commerce

Journée organisée autour de l'e-commerce et des sites marchands pour augmenter ses ventes sur internet : le 25 juin 2013 au Pôle Formation CCI de Strasbourg.


Voir l'actu

Olivier Andrieu Table Ronde



M. ANDRIEU met en avant les grandes questions à se poser au cours des différentes étapes de la création d’un site web. Il faut d’abord se demander pourquoi on créé un site web. Ensuite, il faut se demander à qui le site s’adresse et ce que veut la cible. Le contenu d’un site doit répondre à ces questions fondamentales. Le référencement de sites ne consiste plus à apparaître premier ou deuxième dans les résultats de Google, mais à obtenir plus de trafic qualifié. Il faut pour cela augmenter le taux de conversion en se servant du nombre de visites.

M. JOVART illustre ceci avec l’exemple d’une personne recherchant un restaurant. En effet, un internaute habitant à Strasbourg n’aura à l’évidence pas les mêmes résultats qu’un internaute à Nice faisant le même type de recherche. Cependant, si l’objet de la recherche consiste à vouloir acheter un produit, les résultats seront similaires.



contenu web

S’ensuivit la question de la mise en place du contenu d’un site web, que ce soit sous forme de jeu, de vidéo ou bien de simple texte. Il a été souligné que la mise en place du contenu dépend de ce qu’on souhaite comme réponse de la part des internautes.

L’ensemble des invités se sont accordés à dire que la qualité du contenu prime sur la quantité. De nos jours, il faut être créatif et original car le copier/coller n’est plus de mise. Messieurs CORCHIA et ECKHARDT estiment qu’il est nécessaire de s’interroger sur la façon de susciter de l’étonnement et de l’émotion chez les gens et ce sur des vecteurs plus courts qu’autrefois, car la réaction des consommateurs évolue. M. JOVART a ajouté que les affiches en 4 x 3 à elles seules ne suffisent plus et que les informations importantes doivent être d’abord mises en avant, comme le délai et le coût de livraison d’un produit.



"Mélanger le relationnel et le transactionnel"

contenu web

Le marketing automatisé quant à lui a été définit comme un outil qui scénarise le comportement des internautes et les redirigent selon leurs attentes, permettant donc de mieux cibler le public visé par tel ou tel service. La communication digitale ayant un faible coût, on peut comprendre que ce mode de marketing soit favorisé par certaines entreprises. Cependant, l’e-mailing fonctionne de moins en moins et le mensonge ne passe pas sur le digital. Ce qu’il faut, c’est mélanger le relationnel et le transactionnel, via les réseaux sociaux, le partage d’informations en ligne et le demi-branding, qui consiste à doubler la vente de la marque par l’accompagnement de l’utilisateur dans son activité.

Le rôle du juriste dans le domaine du numérique est de s’occuper des nouveaux risques et des garanties causés par la dématérialisation des services. Généralement, les questions posées aux juristes sont liées à la gestion des contrats, à la modération des sites ou aux réseaux sociaux. Elles ne concernent pas la vente seule du produit ou du site, le but étant de garantir les compétences et le professionnalisme. A cause de la dématérialisation et de la démultiplication des contenus, ceux-ci deviennent plus difficile à prendre en charge juridiquement. En effet, les droits de propriété intellectuelle sont devenus plus complexes et il faut faire attention à éviter les fuites. Pour cela, de nouveaux droits juridiques ont été mis en place et les tribunaux spécialisés sont prêts à répondre à toute question. Cependant, ces tribunaux spécialisés se situent uniquement dans les grandes villes.

Place ensuite à "L’heure de la Chronique", qui cette fois fut naturellement cédée à Olivier ANDRIEU. Lors de cette courte rubrique, il a souhaité mettre en lien les réseaux sociaux et le référencement naturel. En effet, M. ANDRIEU estime qu’ils n’ont quasiment pas d’impact direct sur le référencement naturel mais bel et bien un impact indirect. En Europe, c’est Google qui domine le marché en matière de moteur de recherche, laissant peu de places aux petits concurrents comme Bing. Néanmoins, il pense que Facebook peut changer la donne, de par sa couche sociale internationale et importante.

contenu web

Si l’on considère l’apparition constante de nouveaux supports tactiles, il faut également adapter la mise en page des sites Internet. Le responsive design consiste à adapter l’affichage d’un site à tous les supports en s’adaptant à la taille des différents écrans. Ceci n’est pas une pratique automatique pour M. ANDRIEU qui dit n’avoir eu que deux demandes de référencement sur mobile en vingt ans. Etant donné que la taille de l’écran diffère selon les supports, le contenu ainsi que la mise en page sont différents. Selon lui, il est alors préférable d’avoir deux sites bien distincts. Il projette également la création d’une application gratuite qui a pour but de transmettre toutes les informations concernant le référencement, la SEO et plus encore. Il faut également noter qu’une application est également un outil de communication, elle ne sert pas qu’au référencement.



"La plus grande révolution de ces dernières années est l’évolution de l’état d’esprit"

En terme de nouveautés en ce qui concerne la création d’e-trafic, il nous a fait remarquer qu’il faut revoir les stratégies de visibilité sur Internet, car on ne peut pas berner les internautes qui ont évolué dans leur état d’esprit et dans leur façon d’aborder l’e-commerce. Selon lui, il est donc nécessaire d’accorder de l’importance à la qualité des contenus et des services pour espérer augmenter le trafic sur un site. Pour M. ANDRIEU, "c’est le challenge et la beauté d’Internet".

M. CORCHIA lui estime que la révolution technologique est à surveiller. Instagram et Facebook l’ont démontré avec la possibilité d’ajouter des vidéos sur le premier et la mise en place d’un bouton "Appel" sur le second. Ces innovations constituent le "détail qui peut faire la différence", à condition de savoir comment bien maîtriser leurs enjeux et leur utilité. Les maîtres mots sont donc l’exploration et la surveillance. Il faut tester, tester et encore tester...

M. ANDRIEU a ajouté que le système de publicité sur Facebook est un outil plutôt bon en terme de qualité et de taux de conversion de visites en achats réels mais qu’en terme de quantité, il ne peut pas encore rivaliser avec Google AdWords.


ereputation

En conclusion...

Olivier Andrieu Table Ronde

M. ECKHARDT souligne que les consommateurs ne sont pas prêts pour l’utilisation d’une nouvelle technologie. Il faut tout d’abord les former pour qu’ils puissent apprendre à s’en servir intelligemment. M. BOURGUET souhaite également que le public soit davantage sensibilisé sur les aspects juridiques du web, c’est-à-dire les contrats ou encore la protection de la propriété intellectuelle. Il faut également une plus grande prise de conscience de la valorisation de l’immatériel grâce à des aides, des subventions ou encore des bases de données. M. ANDRIEU souligne l’importance de "s’y prendre la veille pour pouvoir mettre en place une stratégie". Il est nécessaire de tester pour pouvoir évaluer.


(Si vous souhaitez voir ou revoir ce débat, sachez que la vidéo de la table ronde sera très prochainement accessible sur le site de Planète e-commerce Alsace)



Article rédigé par Marie CASTELLA et Elodie MOREAU




illustration de l'article CERA

Olivier Andrieu : Quel référencement ?

Des questions à ce sujet ?

Contactez-nous ! rose d'or

Vous aimez cette page ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !






Copyright© 2010-2016 CERA Interactive - Tous droits réservés.