On vous rappelle

Laissez-nous votre :




bordure

Searchmetrics : quel référencement pour 2013 ?

Quel est le secret pour avoir un bon PageRank sur Google ? Telle est la question à laquelle a répondu Searchmetrics au travers de sa plaquette d’information de l’année 2013.

Après plusieurs semaines de recueil, d’analyse et d’interprétation de données, la société allemande Searchmetrics a publié le 27 juin sa plaquette d’information annuelle sur la corrélation entre les différents facteurs qui affectent votre PageRank (ou PR : algorithme visant à mesurer quantitativement la popularitéd’une page web ) , et ce qu’ils soient visibles (OnPage) ou non (OffPage) par les utilisateurs.


Ces analyses ont été effectuées sur les 30 premiers résultats affichés suite à l’entrée de chacun des 10 000 mots clés testés sur Google ; soit un total de 300 000 URLs apparaissant en pôle position sur le moteur de recherche et représentant 150 Go de données telles que des titres, des descriptions, des "J’aime" et des partages sur Facebook, etc.

Searchmetrics 2013

Infographie réalise pour l'année 2013 l'analyse de 10 000 mots clés...



searchmetrics référencement



Veiller à ne pas négliger la partie immergée de l’iceberg

Bien que les pages tenues par des marques possèdent généralement un bon système de liens internes et externes, beaucoup de compteurs sociaux ("J’aime", +1, retweet, etc.) et soient bien placées sur Google, les analystes ont remarqué que ces pages sont souvent mal optimisées. Ils soulignent également que si le pourcentage actuel de croissance des taux correspondant au nombre de partages sur Facebook et Google+ restent constants les prochaines années, Google+ dépassera Facebook en terme de partage sur les réseaux sociaux d’ici février 2016.

D’après l’indice de corrélation utilisé par les experts, l’usage intensif de mots clés qualifiés de "non naturels" sur une page engendre une évaluation négative de la part de Google. Néanmoins, s’ils sont bien utilisés, les mots clés sont un outil très efficace en terme de référencement naturel.

Ainsi, sur les URLs analysées, 2 293 contiennent des backlinks (hyperliens pointant vers un site ou une page web) et seulement 0,06% d’entre elles comportent des mots clés. Sur ces mêmes URLs, 0,05% des liens externes sont des liens "nofollow" , c’est-à-dire qu’ils ne permettent pas de rediriger l’internaute vers le site en question, ne sont pas identifiables Google et de ce fait, ne contribuent pas au référencement des sites vers lesquels pointent ces liens. Enfin, le nombre moyen de mots utilisés dans l’ancre de lien (texte visible par les internautes et qui sert de support à un lien hypertexte) est de 1,8.

En conséquence, sur les 300 000 URLs testées, seules 28 284 d’entre elles sont visibles ET optimisées pour les moteurs de recherche, soit moins d’1 sur 10...




iceberg seo

D’un point de vue technique, les analystes estiment les indices de performance, telle la vitesse de chargement d’une page, sont des facteurs à prendre absolument en considération. Sur les 300 000 URLs analysées, la vitesse moyenne de chargement a été évaluée à 1,2 seconde, le temps de chargement optimal conseillé étant environ égal à 0,3 seconde...

D’autre part, malgré le nombre toujours plus important des mots clés visibles par les internautes, leur pertinence semble diminuer. D’après les statistiques, environ 1,6 mot clé est présent dans les titres des pages web. Le top 10 des sites ayant les meilleurs résultats enregistrent une baisse de 25,8% entre 2012 et 2013 en ce qui concerne l’utilisation de mots clés dans leur nom de domaine. Plus généralement, on assiste dans la même période à une baisse de 10,4% de noms de domaine dont l’URL contient des mots clés.

Pourtant, les analyses prouvent qu’avoir des mots clés dans le nom de domaine ou dans l’URL d’une page web influence favorablement le rang de cette page sur Google. De même, la longueur de l’URL influe positivement sur le PR, à condition que les mots choisis soient pertinents et peu nombreux (nous préconisons 3 mots au maximum, après à vous de voir ;)) ; tout comme l’intégration de vidéos ou de descriptions sur votre site.

Proposer des contenus de qualité est aussi très important. On retrouve plus de texte et de mots clés sur les sites étant bien positionnés sur Google que sur les autres sites ; ils sont également enrichis avec des médias, telles des images ou des vidéos, et possèdent des liens internes fonctionnels.

Dans les 300 000 URLs testées, les experts ont compté environ 576 mots par texte, 105 liens internes et 32 images. 15,8% d’entre elles comportaient des mots clés dans les titres de type 1, alors que cette pratique influe négativement le PR ; en effet, il vaut mieux privilégier l’utilisation de mots clés dans les titres de type 2.

D’autres facteurs comme l’insertion de mots clés dans la balise body ou dans les liens externes et internes est valorisée par le PR ; de même pour le nombre de liens externes, qui restent efficaces à condition de les utiliser avec parcimonie.



Les résultats les plus marquants en un clin d’oeil

j'aime facebook !



Comparaison et observation

En comparaison avec l’analyse de 2012, celle de 2013 a été faite plus en profondeur. Elle a mis l’accent sur le contenu OnPage, les techniques SEO OnPage, les Backlinks ainsi que sur les Social Signals. Elle a également pris en compte les changements qui ont eu lieu suite à la mise à jour de Penguin.

Grâce à ces nouvelles données, l’observation suivante a pu être faite : Si un facteur X est présent sur une page, plus la valeur de corrélation de ce facteur est prononcée, plus la page sur laquelle il est présent a des chances d’apparaître dans les 30 premiers résultats sur Google. Et réciproquement, plus le PR d’une page est bon, plus on y trouvera le facteur X.





Article rédigé par Marie CASTELLA et Elodie MOREAU




illustration de l'article CERA

Searchmetrics 2013 – Analyse PageRank – CERA Interactive

Des questions à ce sujet ?

Contactez-nous ! rose d'or

Vous aimez cette page ? Partagez-la sur les réseaux sociaux !






Copyright© 2010-2016 CERA Interactive - Tous droits réservés.